Culture: Les comédies musicales de la saison 2017-2018 à Bordeaux et Paris

Concerts, spectacles, Culture

Aaah les comédies musicales, un moment dansé et chanté, une histoire, un scénario, un instant de détente et de divertissement, qu’allons nous pouvoir aller voir jouer cette saison?

A Paris:

 

La famille adams

Welcome to woodstock

Singing in the rain

Grease

Jesus

A Bordeaux:

Dirty dancing

Saturday night fever

Bodyguard

Priscilla folle du desert

Les parapluies de Cherbourg

Notre dame de Paris

Billetterie, faites un petit tour sur le site de la Fnac

Et pour aller à Paris les Bordelais y a la LGV, en 2h de train c’est rapide 😉

Activités, jeux: Soirée Halloween au Goodlock Escape Game de Bordeaux

Activités, loisirs, jeux, Culture

Lundi soir j’étais au le rendez-vous mensuel de la team blog bordelaise dont je fais partie depuis 1 an maintenant,  un blog un apéro, c’était la soirée d’halloween.

Cette fois-ci nous sommes allés au Goodlock Escape Game de Bordeaux pour jouer pendant une heure sur le théme des 7 péchés capitaux: La paresse, la luxure, l’envie, l’avarice, l’orgueil, la gourmandise et la colère.

Un petit aperçu du décor:
Comment ça marche?

La soirée a démarré par un petit apéro, goûter, bonbons (tout le monde avait amené un petit truc à boire et ou à grignoter), chacun s’était déguisé en mode halloween, nous avons discuté quelques minutes, le temps que nous cela se mette en place et que nous soyons briffés.

L’organisateur et dirigeant de l’escape game a constitué les groupes, chacun à son tour est allé jouer pendant 60 minutes dans cette maison aux épouvantes.

Le but du jeu étant de résoudre des énigmes le plus rapidement possible tel inspecteur gadget ou Harry potter à vous de choisir, il y avait un peu l’esprit de fort boyard aussi dedans j’avoue.

Vous en dire plus sur ce jeu? et bien non, à vous de réserver votre session Goodlock Escape game et vous verrez bien ce qu’il se passe hahaha.

Petit conseil prévoyez les baskets et la bouteille d’eau, c’est sportif.

C’est où?

C’est au 81 cours Anatole France à Bordeaux

infos,réservations, contact:

Page facebook,Site internet

La team des blogueurs Bordelais, Merci à Flora et Cécilia, encore une soirée au top !

Dans l’ordre de gauche à droite:

Manon mu Instagrameuse  et youtubeuse, Mégane youtubeuse beauty mode and co, Moi Lysa blog Happy ananas, Flora directrice un blog un apéro et blog Chicas de revista, Franck vlogueur Geek etc,Marie et Max du blog  dutalonaucrampon,  Marion du blog Petite Marion, Rhomin vloggeur, Alexandra Les Pavés Bordelais, Cécilia du blog Autour de Cia,Marine blog Histoiredeuxsoeurs, Agathe et Grégoire vloggeurs.

Culture: Ma passion pour la musique

Culture

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas écrit de billet de blog , cette fois-ci je te parle de ma passion pour la musique.

La musique représente quoi pour moi?

C’est un compagnon qui ne me quitte pas du matin au soir, qui m’aide à rester concentré, me changer les idées, me booster, m’aide à m’exprimer par le biais de la danse et du chant.

Quel rôle la musique joue dans ma vie ?

Elle existe depuis ma plus tendre enfance avec les berceuses que mon père me chantait pour m’endormir.

Plus tard à faire l’andouille devant le Top 50 tout les samedis avec les tubes des années 80-90 et depuis une trentaine d’années elle continue son petit bonhomme de chemin.

Allant de découverte en découverte Elle me suit du matin au soir sur mon téléphone, mon ordi, rare sont les moments ou je fais pause.

Mes goûts en termes de musique c’est quoi?

Oulala on est LARGE, classique,jazz, electro-jazz, musique du monde, reggae,dancehall, pop, house, électro,RN’B, Rap (si bien sûr le monsieur ne fait pas que parler et qu’il y a une jolie voix de nenette en fond).

Un chouille de chanson française (ouai quand même c’est un peu la honte de se dire que je suis française et que j’ai plus d’attrait à la musique anglophone, internationale que celle de mon pays d’origine).

Et d’ailleurs pour quelle raison? Ben parce que les chansons en anglais ont permis d’alimenter mon vocabulaire, à comprendre ce que voulais dire les auteurs et puis mince c’est quand même mieux de chanter une chanson dont on comprend l’histoire non?

C’est à peu près tout, les styles de musique qui par contre sont forbidden car il n’éveille aucun intérêt chez moi (ben ouai on à le droit de pas tout aimer okay), c’est le hardrock, la drum and bass, la maquina, la techno bourrin qui te fais vibrer de façon désagréable de la tête au pied.

La musique qu’es ce que ça me fait?

Ca me faire rire, pleurer, me faire frissonner (surtout le violon, souvent un effet « j’ai mis les doigts dans la prise », cheveux et poils hérissés tel un chat en mode kung fu fighting). Le soin des cuivres à aussi un effet épidermique, notamment les fanfares modernes qui reprennent les tubes d’aujourd’hui et bien sûr les groupe de cuivre que l’on croise dans les rues pendant les vacances à l’étranger, il devrait y avoir de la musique tout les jours, impossible de vivre sans.

Lorsque j’était manager du groupe Clarkk and co, j’attendais toujours avec impatience que le concert démarre telle une groupie pour voir les instruments en action, sentir la dynamique et le tempo de ces morceaux entrainant et m’imprégner de cette belle énergie.

Les groupe ou chanteurs qui ont marqué mon adolescence?

Ben ouai c’est quand même là que tu fais ton apprentissage musical no?

Les chanteuses à voix comme Whitney Houston, Mariah Carey, Céline Dion, les Fugees

Les girls et boys band américains comme les backstreet boys, Blackstreet, Tlc, En vogue

De la chanson française avec les classiques Jean-jacques Goldman, Patrick Bruel, Maurane, Francis Cabrel

Plus tard après 25 ans , je suis restée dans la cour du RNB et de la house, une grande ferveur pour les musiques de film avec les compositeurs comme Hanz Zimmer, Eric Serra et bien d’autres

Et Maintenant j’écoute quoi?

Un peu de Earth wind and fire, Marvin Gaye, Stevie Wonder, encore et toujours de l’électro, Beyonce est toujours dans la place.

Mes coups de coeur du moment?

Shape of you d’Ed Sheeran, Rockabye de Clean Bandit pour bouger le popotin, la bande originale de La la Land qui te plonge dans une douce rêverie, et le flow de deezer qui mélange différents style de musique.

Tu veux voir ce que j’écoute, va donc sur mon profil deezer.

Je pourrais en parler des heures tellement il y a de morceaux de musique sur terre, on peut dire que je n’aime pas tout mais une grande partie quand même (restons ouverts (tout ce qui est extrême style hard ce n’est pas ma tasse de thé) et toi c’est quoi ta musique préférée?

Culture: Passion: la danse

Culture

journal-dune-danseuse-en-baskets-visuel-pinterest

Chacun à ses propres moyens d’expression, j’étais quelqu’un de réservé, pour extirper ce stress, cette anxiété, dépasser mes limites j’ai trouvé un moyen, c’est une de mes passion qui vie dans mon coeur depuis 29 ans, presque ma vie entière, qu’es-ce donc? La danse

C’est à l’âge de 5 ans que j’ai chaussé mes premiers chaussons et commencé mon apprentissage de la danse, c’était un cours de modern jazz, un mélange de base classique et jazz, à cet âge là en général on ne fait pas de pirouette ou de préparation au tour mais plutôt de l’éveil, on se familiarise avec les mouvements du corps. Comme tout apprentissage il y a un challenge à relever, en danse c’est le spectacle de fin d’année, je n’ai pas de souvenir en image, mais le souvenir de la musique qui m’a fait monter sur scène pour la première fois de ma vie, la voici.

Ma 6ème année j’ai choisi la danse classique, une année difficile avec une prof stricte qui avait peu de patience avec les enfants, j’étais vêtue de collant et tutu vert amande,je pense que ça aussi ça ne devait pas aider:) puisque toute les petites filles étaient habillées en rose et moi en vert flashy, cette année là il n’y a pas eu de spectacle et honnêtement ça m’arrange ce cours m’avait dégoûtée de l’univers tutu.

De 7 à 11 ans j’ai pris des cours de jazz, c’est à ce moment là que la danse m’a accroché, c’était difficile, il fallait répéter les mouvements jusqu’à ce que ce soit bien pas parfait, mais acceptable, je répétais à la maison, la prof était dure mais l’univers de la danse c’est un combat, il faut travailler avec opiniâtreté pour arriver à suivre et progresser. Ma 10ème année nous avons fait un spectacle de danse sur le thème musical des années 70, j’étais vêtu d’une salopette à carreaux vert et blanc et d’une casquette gavroche, à cette période j’étais un peu bouboule et les carreaux ça ne pardonne pas, on aurait dit un churros sur patte 🙂

De 11 à 15 ans j’ai pris des cours de jazz et street jazz: apprentissage des tours, des attitudes et autre mouvements important à connaître pour avoir de bonnes bases. L’année de mes 14 ans nous avons fait un spectacle en grande pompe au théâtre de Pibrac, j’étais vêtu d’un bustier à paillettes violet et d’un grand jupon noir, et coiffé d’un chignon immense à la mode renaissance, nous avons dansé sur un morceau d’Era quelque chose de ce style, un souvenir  inoubliable on se serait cru sur la scène d’un grand théâtre parisien.Pour ma 15ème année je suis montée sur scène toute seule pour le spectacle de fin d’année du collège où j’avais concocté une chorégraphie jazz, street jazz sur la bande originale d’esprit rebelle

16 à 19 ans j’ai voulu changer d’orientation artistique car la musique que j’écoutais à cette période était plus Rn’b que classique donc j’ai continué à apprendre la danse jazz et commencé une nouvelle danse le hip-hop, une danse sportive où l’on doit avoir de la force dans les bras, les mouvements sont plus carré que gracieux, ça me correspondait bien j’étais dodu à cette période, en grandissant les kilos sont partis (bon j’ai quand même fait un régime et la danse m’a aidé à me métamorphoser en femme.

20 à 28 ans j’ai continué le jazz, le hip hop dans une autre version, le newstyle une danse hip hop avec peu de passage au sol, pas de coupole que des mouvements fluide et funcky, pendant cette période je suis monté sur scène une fois sur une musique que les personnes de ma génération reconnaîtrons, la voici . Aussi j’ai appris la salsa, j’allais danser les mardis soirs avec les copines, c’est difficile de danser à deux quand on a fait que de la danse individuelle, laisser conduire le partenaire, suivre les pas, j’ai pratiqué pendant quelques années.

28 à 30 ans j’ai mis le hip-hop et le jazz au vestiaire pour apprendre une nouvelle danse qui m’a permis de voir la vie du bon côté (c’était la période ou je venais de perdre mon grand père, il fallait que je m’exprime différemment), j’ai pris des cours de danse bolliwood , j’appelle ça la danse du soleil car lorsque tu danses, tu souris, tu te sens bien, j’ai eu la chance d’avoir une prof drôle qui nous racontait l’histoire de l’Inde à travers la danse, sur ces sons . C’était ma dose d’énergie positive hebdomadaire, et sportif avec ça , mes genoux n’ont pas trop aimé les flexions, je me suis bêtement déplacé la rotule, j’ai du dire au revoir à la danse pendant plusieurs mois.

30 à 32 ans mon genou rétabli, j’ai rechaussé mes baskets pour reprendre le Street jazz, le hip-hop, j’étais dans une école de danse urbaine, j’ai pu apprendre pleins d’autres danse comme l’Azonto, le ragga, le Dancehall, l’Afrofusion des danses ethniques, urbaines, des sources énergétique qui demandent beaucoup d’endurance et qui vous donne une pèche d’enfer.

33 ans , envie de repartir sur les bases académiques, j’ai donc suivi un cours de danse contemporaine, une danse de lâché prise, qui vous aide à vous recentrer, laisser aller vos mouvements, faire ressortir le côté joyeux ou dramatique qu’il y a chez vous avec ce genre de musique .J’ai aussi fait une initiation à l’effeuillage burlesque, un bon moyen pour prendre de l’assurance , avec des accessoires, jouer les meneuses de revue.

34 ans c’est maintenant, qu’ai-je donc prévu? Dés que j’aurai la possibilité de le faire, je reprendrai bien quelque cours de Ragga pour bouger mon corps et me remettre dans l’ambiance cool life et aussi danser le swing, cet univers rétro qui donne des ailes, d’où je sors cette idée? du prochain film qui sort en janvier et de sa musique La la land.

Les écoles où j’ai suivi des cours sont (dans l’ordre chronologique):

-modern-jazz à l’Association sport et loisirs à Cadours (31)

-jazz à la MJC l’isle jourdain (32)

-jazz et street jazz à Art &mouvement à L’isle jourdain (32)

-Jazz et Hip hop à Danse expression à Saint Lys (31)

-Newstyle à la Hall dance tito school à Toulouse (31)

-Jazz à la Mairie annexe Faubourg bonnefoy Toulouse (31)

-Danse bolliwood au Centre des arts vivants Paris (11ème)

-Danses urbaines au Studio Mrg à Ivry sur seine (94)

-Effeuillage burlesque avec Ophélia Opium à Paris (17ème)

-Danse contemporaine à la MJC Monplaisir à Lyon (8ème)

-Danse contemporaine à Adage 33 à Bordeaux (33)