Beauté: Guide de chouchoutage de la rentrée

Beauté, Make-up and nail, Soins, bien être

C’est bientôt la reprise, il faut se préparer à redémarrer le rythme infernal de boulot etc.

Mais avant ça il faut prendre soin de soi, comment?

Voici le guide de chouchoutage de la rentrée:
Cheveux:

Tes cheveux ont pris le soleil, affaiblis par le sel, l’eau de piscine.

Il est important de requinquer tout ça en applicant un soin adapté avant ton shampoing(hydratant, régénérant), ou à base d’huile de coco.

Un petit tour chez le coiffeur pour couper quelques centimètres ou carrément changer de tête et le tour est joué.

Visage, lèvres et corps:

Un nettoyage au savon noir pour enlever les peaux mortes, éclaircir le teint, puis un peeling pour le visage et un gommage pour le corps.

Après ça hydratation du visage et du corps au max avec du beurre de karité, de l’huile d’Argan ou tout simplement un lait hydratant.

Aussi un petit passage à l’épilateur, à la cire pour être nickel de la tête aux pieds.

Si tu préfères te faire chouchouter, va donc dans un Cabinet d’esthétique, un SPA, ou un hammam.

Manucure, pédicure:

Ouste le vernis écaillé, sur les mains et les pieds, un petit bain de main (eau chaude +huile d’amande douce),à l’aide d’un kit manucure pédicure polissage des ongles, coupe les peaux mortes, ponce la corne des talons et application d’un vernis soin et sur les mains et les pieds, laissez respirer tout ça quelques jours et ensuite tu peux remettre du vernis de couleur 🙂

Si tu préfères te faire chouchouter, prends donc rdv avec un podologue, une pédicure, une manucure ou dans un bar à ongles.

Après tout ça , un petit tour de shopping pour trouver ta tenue pour la rentrée.

Et c’est reparti pour une année de folie!!!

A bientôt 🙂

Beauté: Histoire de cheveux

Beauté
Les cheveux, oui pourquoi je parle de ça, hein?Les cheveux c’est ce qui fait ta personnalité, qui te différencie des autres que ce soit pour la coiffure ou la couleur, c’est aussi la première chose que les gens voient lorsque ils te rencontrent pour la première fois.

C’est ce qui montre si tu es dans un good mood ou bad mood, c’est aussi la chose de ton corps que tu peux couper et qui repousse (il y a les ongles aussi, mais ils ne sont pas sur ta tête 🙂 ), qui change au fur et à mesure des années, lisse, ondulés,bouclés, frisés il y en a pour tous les goûts.

Voici mon parcours de cheveux:

De la naissance jusqu’à l’âge de 12, 13 ans j’étais poil de carottes, les cheveux d’un joli cuivré, blond vénitien exactement (un mélange de blond, de roux et de châtain), cependant à cette période là, les enfants et ados sont un peu vache entre eux, si tu es rousse, ronde et que tu as un nom de famille sujet à moquerie (Gateau), tu as déjà un handicap pour démarrer la vie, tu en prends pour ton grade (moquerie, réflexions, humiliations) à l’école, dans les cours de danse, bref en collectivité.

A 13 ans j’ai eu la brillante idée de me colorer les cheveux, j’étais allée me balader avec ma cousine (un peu plus âgée que moi) en ville et je voulais changer de tête, nous sommes allés dans une boutique qui vend des produits de coiffure, ma cousine c’est acheté une couleur acajou (jusque là rien de fou car elle a les cheveux châtains, donc pas de gros changement), et moi j’ai choisi la couleur café un châtain foncé (soit carrément l’opposé de ma couleur naturelle).

Nous sommes rentrées et nous avons fait nos couleurs respectives, pour ma cousine cela lui faisait un joli reflet, pour moi c’était la cata je suis ressortie noir corbeau, avec le teint clair que j’ai on aurait dit Morticia dans la famille Adams, manquait plus que le maquillage et c’était le pompon.

Nous avions bien sûr pris le soin de faire ça lorsque mes parents n’étaient pas là, j’avais tellement honte du résultat que je me suis mis un foulard sur la tête pour pas que ma mère voit ce que j’avais fait à mes cheveux.

Bien sûr comme toutes les bêtises d’ados on se fait toujours prendre la main dans le sac, ma mère a enlevé mon foulard et a poussé un grand cri en disant, « mais qu’es-ce que t’a fait à tes cheveux, ça va pas la tête », ah ben là je pense que j’avais remporté la palme d’or de la bêtise et qu’il fallait que je me fasse oublier.

Il fallait  que je me débrouille pour que cette couleur disparaisse, manque de bol c’était une couleur permanente , donc il fallait attendre que ça repousse et que je me fasse couper les cheveux régulièrement pour que ce noir corbeau se fasse la malle.

La couleur partie, j’ai pu reprendre une activité normale de cheveux :), plus tard vers 16 ans ma roussitude était devenue lourde à porter (les roux c’est moche, ça pue, dure vie que d’être rousse)et toutes les filles se faisait des mèches blondes.

Pour rentrer dans le rang, les codes de société, je me suis petit à petit blondifiée, des mèches aux couleurs je suis devenue une vrai barbie, une bimbo quoi.

Vers 26, 27 ans, en dehors des couleurs blonde, je servais de tête à coiffer à mon coiffeur à Toulouse pour essayer de nouveaux produits comme le henné technique dans des tons cuivré, cannelle, aussi je participais en tant que modèle à des training (essai) coiffure pour des coupes de cheveux, des chignons de mariée, des tresses, j’aimais bien qu’on s’occupe de ma tête:) j’aime toujours me faire coiffer c’est une sorte de séance de yoga, un sas de décompression.

Cette blonditude c’est arrêtée quelques temps lorsque j’étais à Paris, à l’âge de 28, 29 ans, j’ai choisi de revenir sur des tons de chocolat cuivré, l’adolescence était fini depuis longtemps et puis quoi qu’on dise je m’en fichait bien de savoir si ça plaisait ou non.Quelque temps plus tard, je suis repartie sur les mèches blondes, j’étais coiffée à la Cristina Cordula très court avec des mèches blond glacé, un peu plus tard j’ai voulu changer de salon de coiffure, j’avais prévenu la coiffeuse que mes cheveux prenaient très vite les produits et qu’il ne fallait pas laisser poser trop longtemps, sinon j’allais ressortir blond blanc ou carrément avec plus du tout de cheveux.

Cet épisode c’est soldé avec des cheveux flingué,j’ai tout coupé court pour ne laisser aucune trace de ce massacre.

Plus tard lorsque nous sommes arrivés à Lyon, mes cheveux encore un peu méchés je me suis encore fait faire une teinture pour recouvrir tout ça, j’en avait fini avec les mèches blondes, trop d’entretien, trop d’agression pour mes pauvres cheveux.

Ils ont repoussé, j’ai tenté la couleur auburn car à force de faire tout ça je n’avais plus de couleur, ni blond, ni roux, rien d’intéressant à regarder. Le soleil bien sûr à fait son travail pour me les décolorer, ça à fini en eau de boudin j’étais devenue jaune pelure d’oignons, retour à la case départ j’ai tout coupé à ras et j’ai décidé que plus jamais je ne ferais de couleur (sauf bien sûr le jour où j’aurai des cheveux blancs, chose qui n’est pas encore d’actualité).

Mes cheveux ont repris petit à petit leur couleur d’origine,j’ai décidé d’assumer ma couleur de cheveux,  je les ai beaucoup soignés à base de produits sans silicone, ni paraben, afin qu’il reprennent vie.

Maintenant je les laisse tranquillement pousser, je les coiffe au gré de mes envies et ma couleur de cheveux ? Je la chouchoute , une couleur rare que le blond vénitien, c’est ce qui me différencie des autres et qui fait partie de ma personnalité, rien de bizarre, ni mystic, c’est juste différent.

 

Fin