Sport: Les camps de danse cet été

Evénement, Sport

Tu aime bouger ton corps, tu veux te perfectionner en danse?

Profite des vacances cet été pour faire un camp de danse avec des professeurs du monde entier:

Urban dance camp,  du 15 juillet au 30 août 2017 à Lorach (Allemagne)

Summercamp Rock Salsa , du 22 au 29 juillet 2017 à Aix en provence (France)

International dance camp, du 3 au 6 août 2017 à Konstanz (Allemagne)

Swing cat dance camp, du 13 au 16 août 2017 à Montarnaud (France)

Big up kemp,  à Barcelone du 26 août au 2 septembre 2017 à Barcelone (Espagne)

A bientôt

Lifestyle: Les films de danse à voir

Cinéma, Lifestyle
La passion pour la danse, ça veut aussi dire écouter de la musique, imaginer des chorégraphies et voir des films pour s’en inspirer,  l’intérêt n’est pas forcément l’histoire du film mais plutôt la mélodie, le tempo, la technique, l’expression scénique et les costumes bien sûr :), voici tout les films qui vous emmèneront dans une autre bulle pendant quelques heures, minutes.
Danse

The dancer

Billy Elliot

-Sexy dance 1,2,3,4,5

-Honey 12, 3

Battle of the year

-save the last dance 1 et 2

-Street dance 1 et 2

Rize

Born to dance

Footloose

Stepp’in

Dance with me

shall we dance?

Free dance

Pina

Black swann

Love and dance

Dancing girls

Dance for it

Dance way

Ballerina

Comédies musicales

Alive

Fame

Annie

La fièvre du samedi soir

-Dirty dancing 1 et 2

West side story

Nine

Moulin rouge

The Hit girl

Grease

Hairspray

Mamma Mia

Flashdance

Les misérables

La la land

Cinéma: Ballerina de Eric Summer et Eric Warin

Cinéma, Lifestyle

En France au 19 ème siècle, Félicie et Victor, deux orphelins et amis depuis le berceau vivent dans une pension en Bretagne, tout deux ont une passion, elle la danse et lui les inventions.

Un jour, ils bravent les interdits et s’enfuient de l’orphelinat pour réaliser leurs rêves, direction Paris.

Félicie fait intrusion à l’opéra de Paris et réussi par des moyens détournés à devenir danseuse étoile.

Victor quant à lui,  participe et travaille à la construction de notre chère dame de fer: la Tour eiffel.

Une belle histoire, des images colorées et réalistes de Paris dans les années 1800, du suspense, des rebondissements, des cascades et des pirouettes à n’en plus finir.

Un joli film d’animation à voir adulte, comme enfant, passionné de danse, ou en devenir.

Allez donc voir ce petit chef d’oeuvre, rire et émotions assurées.

Vous voulez en savoir plus? voici la bande annonce:

Culture: Passion: la danse

Culture

journal-dune-danseuse-en-baskets-visuel-pinterest

Chacun à ses propres moyens d’expression, j’étais quelqu’un de réservé, pour extirper ce stress, cette anxiété, dépasser mes limites j’ai trouvé un moyen, c’est une de mes passion qui vie dans mon coeur depuis 29 ans, presque ma vie entière, qu’es-ce donc? La danse

C’est à l’âge de 5 ans que j’ai chaussé mes premiers chaussons et commencé mon apprentissage de la danse, c’était un cours de modern jazz, un mélange de base classique et jazz, à cet âge là en général on ne fait pas de pirouette ou de préparation au tour mais plutôt de l’éveil, on se familiarise avec les mouvements du corps. Comme tout apprentissage il y a un challenge à relever, en danse c’est le spectacle de fin d’année, je n’ai pas de souvenir en image, mais le souvenir de la musique qui m’a fait monter sur scène pour la première fois de ma vie, la voici.

Ma 6ème année j’ai choisi la danse classique, une année difficile avec une prof stricte qui avait peu de patience avec les enfants, j’étais vêtue de collant et tutu vert amande,je pense que ça aussi ça ne devait pas aider:) puisque toute les petites filles étaient habillées en rose et moi en vert flashy, cette année là il n’y a pas eu de spectacle et honnêtement ça m’arrange ce cours m’avait dégoûtée de l’univers tutu.

De 7 à 11 ans j’ai pris des cours de jazz, c’est à ce moment là que la danse m’a accroché, c’était difficile, il fallait répéter les mouvements jusqu’à ce que ce soit bien pas parfait, mais acceptable, je répétais à la maison, la prof était dure mais l’univers de la danse c’est un combat, il faut travailler avec opiniâtreté pour arriver à suivre et progresser. Ma 10ème année nous avons fait un spectacle de danse sur le thème musical des années 70, j’étais vêtu d’une salopette à carreaux vert et blanc et d’une casquette gavroche, à cette période j’étais un peu bouboule et les carreaux ça ne pardonne pas, on aurait dit un churros sur patte 🙂

De 11 à 15 ans j’ai pris des cours de jazz et street jazz: apprentissage des tours, des attitudes et autre mouvements important à connaître pour avoir de bonnes bases. L’année de mes 14 ans nous avons fait un spectacle en grande pompe au théâtre de Pibrac, j’étais vêtu d’un bustier à paillettes violet et d’un grand jupon noir, et coiffé d’un chignon immense à la mode renaissance, nous avons dansé sur un morceau d’Era quelque chose de ce style, un souvenir  inoubliable on se serait cru sur la scène d’un grand théâtre parisien.Pour ma 15ème année je suis montée sur scène toute seule pour le spectacle de fin d’année du collège où j’avais concocté une chorégraphie jazz, street jazz sur la bande originale d’esprit rebelle

16 à 19 ans j’ai voulu changer d’orientation artistique car la musique que j’écoutais à cette période était plus Rn’b que classique donc j’ai continué à apprendre la danse jazz et commencé une nouvelle danse le hip-hop, une danse sportive où l’on doit avoir de la force dans les bras, les mouvements sont plus carré que gracieux, ça me correspondait bien j’étais dodu à cette période, en grandissant les kilos sont partis (bon j’ai quand même fait un régime et la danse m’a aidé à me métamorphoser en femme.

20 à 28 ans j’ai continué le jazz, le hip hop dans une autre version, le newstyle une danse hip hop avec peu de passage au sol, pas de coupole que des mouvements fluide et funcky, pendant cette période je suis monté sur scène une fois sur une musique que les personnes de ma génération reconnaîtrons, la voici . Aussi j’ai appris la salsa, j’allais danser les mardis soirs avec les copines, c’est difficile de danser à deux quand on a fait que de la danse individuelle, laisser conduire le partenaire, suivre les pas, j’ai pratiqué pendant quelques années.

28 à 30 ans j’ai mis le hip-hop et le jazz au vestiaire pour apprendre une nouvelle danse qui m’a permis de voir la vie du bon côté (c’était la période ou je venais de perdre mon grand père, il fallait que je m’exprime différemment), j’ai pris des cours de danse bolliwood , j’appelle ça la danse du soleil car lorsque tu danses, tu souris, tu te sens bien, j’ai eu la chance d’avoir une prof drôle qui nous racontait l’histoire de l’Inde à travers la danse, sur ces sons . C’était ma dose d’énergie positive hebdomadaire, et sportif avec ça , mes genoux n’ont pas trop aimé les flexions, je me suis bêtement déplacé la rotule, j’ai du dire au revoir à la danse pendant plusieurs mois.

30 à 32 ans mon genou rétabli, j’ai rechaussé mes baskets pour reprendre le Street jazz, le hip-hop, j’étais dans une école de danse urbaine, j’ai pu apprendre pleins d’autres danse comme l’Azonto, le ragga, le Dancehall, l’Afrofusion des danses ethniques, urbaines, des sources énergétique qui demandent beaucoup d’endurance et qui vous donne une pèche d’enfer.

33 ans , envie de repartir sur les bases académiques, j’ai donc suivi un cours de danse contemporaine, une danse de lâché prise, qui vous aide à vous recentrer, laisser aller vos mouvements, faire ressortir le côté joyeux ou dramatique qu’il y a chez vous avec ce genre de musique .J’ai aussi fait une initiation à l’effeuillage burlesque, un bon moyen pour prendre de l’assurance , avec des accessoires, jouer les meneuses de revue.

34 ans c’est maintenant, qu’ai-je donc prévu? Dés que j’aurai la possibilité de le faire, je reprendrai bien quelque cours de Ragga pour bouger mon corps et me remettre dans l’ambiance cool life et aussi danser le swing, cet univers rétro qui donne des ailes, d’où je sors cette idée? du prochain film qui sort en janvier et de sa musique La la land.

Les écoles où j’ai suivi des cours sont (dans l’ordre chronologique):

-modern-jazz à l’Association sport et loisirs à Cadours (31)

-jazz à la MJC l’isle jourdain (32)

-jazz et street jazz à Art &mouvement à L’isle jourdain (32)

-Jazz et Hip hop à Danse expression à Saint Lys (31)

-Newstyle à la Hall dance tito school à Toulouse (31)

-Jazz à la Mairie annexe Faubourg bonnefoy Toulouse (31)

-Danse bolliwood au Centre des arts vivants Paris (11ème)

-Danses urbaines au Studio Mrg à Ivry sur seine (94)

-Effeuillage burlesque avec Ophélia Opium à Paris (17ème)

-Danse contemporaine à la MJC Monplaisir à Lyon (8ème)

-Danse contemporaine à Adage 33 à Bordeaux (33)